Archives pour l'Auteur : Sylvain Loisant

A propos Sylvain Loisant

Sylvain Loisant peint depuis son enfance. Il pratique essentiellement l'huile et le pastel. (Il a été nommé maître pastelliste en 2016 par la société des pastellistes de France). Après des dizaines d'expositions personnelles en France et à l'étranger, il oriente sa pratique vers la question du sens à travers un enseignement (conférences, stages, cours, réseaux sociaux).

-Liste de couleurs utiles (huile et pastel)

Je suis heureux de vous présenter  un choix de couleurs pour le matériel de peinture à l’huile, puis pour le pastel. Cette information  sera utile à tous les pratiquants de pastel et d’huile).

Les internautes peintres  en effet m’ont régulièrement  demandé une liste de couleurs pour les aider à se constituer une boite adaptée.

Voilà ci-dessous ces listes pour le pastel et pour l’huile et l’acrylique. Ces données sont indicatives. J’ai choisi ces couleurs à minima pour que le coût reste raisonnable

Liste des couleurs utiles à l’ huile et à l’acrylique

HUILE :

Bleu outremer : bleu tirant très légèrement vers la polarité « rouge ». Ce bleu transparent est très important pour approfondir les ombres, pour travailler en glacis)

bleu turquoise : (opaque, ce bleu vert pur permet de fabriquer de nombreux bleus dérivés)

vert de vessie : ((travail en glacis, il donne des tonalités originales en réchauffant et en fonçant les ton en dessous)

Bleu de céruléum : sa couleur bleu roi est particulière et ne peut pas se fabriquer par mélanges.

jaune de cadmium : Couleur très dense et couvrante.

rouge de cadmium : idem jaune cadmium

ocre jaune : moins opaque, l’ocre est un ingrédient qui nuance délicatement les tons trop forts

terre de sienne : beau rouge brun profond et très lumineux.

rouge de mars : Couleur très opaque, excellent pour fortifier les couleurs couvrantes

noir de mars: très opaque et profond utile pour gérer les « valeurs »

gris de payne : moins opaque, il possède une tonalité indigo assez agréable. Il remplace le noir quand celui-ci est trop « dur » . Il peut aussi être utilisé en glacis.

Blanc de titane : il est indispensable de le choisir très couvrant car c’est lui qui détermine la luminosité des couleurs dans les mélanges.

Achetez vos couleurs en « extra fines » (sauf pour des usages quantitatifs qui deviendraient très chers ex grandes toiles au couteau. Pour cela la « fine » suffit). Achetez en plus 4 ou 5 couleurs « qui vous parlent »

J’utilise comme médium le liquin et le médium flamand.

PEINTURES ACRYLIQUES :

Pour les couleurs acryliques, je ne suis pas aussi précis, car elles ont une nature plus uniforme.  Contrairement à la peinture à l’huile qui a de nombreuses caractéristiques différentes, les peintures acryliques sont plus standardisée, plus chimiques. J’achète sensiblement les même couleurs qu’à l’huile toujours en extrafines, et la liste à l’huile ci dessus  s’applique pour moi à l’acrylique  (Les fines sont très peu couvrantes et souvent de mauvaise qualité). Faites attention en ouvrant le tube que le liant ne soit pas en excès.

 

________________________________________________________________

CHOIX DE COULEURS AU PASTEL

Les couleurs à l’huile doivent être mélangées, et donc les couleurs peuvent facilement s’adoucir, se nuancer, se foncer ou s ‘éclaircir. C’est pourquoi contrairement aux couleurs du pastel elles doivent être très vives.

Les couleurs au pastel se mélangent mal lorsqu’elles sont trop contrastées en valeur, en couleur.

3 exemples de mauvais mélanges au pastel:

1- essayez de mélanger du blanc et du noir, vous obtiendrez un vilain gris irrégulier et incontrôlable.

2- essayez de mélanger un vert vif avec un rouge vif. Vous obtiendrez des couleurs très sales. Car si un rouge vif et un vert vif ont la même valeur de gris ( dans une échelle de 10 cette valeur est environ 5, sachant que blanc = 0 et noir = 10), leurs couleurs sont dans un maximum d’opposition, et c’est ingérable pour les mélanges homogènes de poudre colorées. D’ou l’impression de saleté

3- si vous mélangez un violet (qui est très foncé quand il est vif) et un jaune qui est très clair quand il est vif , vous obtiendrez un double choc de contrastes. (contraste maximum de valeur et de couleur). C’est la cata…

Il faut ajouter à cela la nécessité de gérer les différents degrés de dureté des bâtonnets et crayons

Pour cela il est nécessaire au pastel d’avoir une gamme étendue de bâtonnets. Les couleurs vives sont utiles, mais pas plus que les tons pâles, les tons « rabattus » (c’est à dire tirant vers les gris foncés). Il faut donc étendre sa gamme

Suggestion pour l’achat des couleurs au pastel.

Ce n’est qu’une indication car il y a de nombreuses manières de travailler le pastel (sec, poudreux, estompé, dessiné etc)

Bâtonnets durs :

Ces bâtonnets sont très utiles pour les pastels avec pas mal de dessin.

J’achète les carrés conté pour le prix (50 euros les 48), mais j’ai une petite préférence pour les carrés faber castel (plus grands, mais 2 x plus chers).

Si vous achetez des petites boites de différentes marques, vous aurez plusieurs fois les mêmes couleurs. Je vous conseille d’acheter au moins une cinquantaine de couleurs d’un coup de la même marque, vous aurez ainsi des gammes étendues et variées avec des couleurs justement plus nuancées et subtiles, des gris etc.

Ces pastels durs pourront être complétés par une gamme de pastels tendres achetés au détail.

Bâtonnets de pastel tendre :

Ces pastels sont séduisants, leurs couleurs sont chatoyantes, mais ils peuvent être de faux amis car ils poussent à une coloration estompée mole. « La piscine de poudre « . Cependant selon le style que vous choisissez ils peuvent être indispensable. (Par exemple certains pastellistes commencent leurs oeuvres avec une couche importante saturée de poudre). Il faut bien identifier la voie que vous voulez suivre. En tout cas vous pouvez suivre mon conseil dans un premier temps en étant mesuré, puis en cheminant vous pourrez toujours compléter « au filling » vos nouvelles acquisitions de batonnets et crayons 

Ils sont utiles quand vous les choisissez dans des couleurs très nuancées et intermédiaires (gris, pâles, rabattues. Mais aussi achetez en quelques uns dont les couleurs vous touchent (cela rend votre gamme plus personnelle).

Les crayons :

Si vous êtes un pastelliste plutôt dessinateur, les crayons offrent des avantages. Contrairement aux batonnnets qui doivent avoir une gamme étendue, les crayons peuvent être plus vifs car ils servent notamment à redynamiser, à tonifier et restructurer par le trait. la supperposition de traits plus colorés crée une vibration et les couleurs vives peuvent s’anesthésier.

J’y ajoute deux pierres noires b et 3 b.

En conclusion, voilà ce que je vous suggère :

1- une boite de 48 carrés conté ou de carrés faber-castel

2- un complément avec 60 à 80 bâtonnets de pastels tendres (choisies au détail avec des couleurs nuancées des gris colorés du plus clair au plus foncé, des couleurs pales, des couleurs rabattues (on les appelle les « dark », des couleurs entre deux (vives-douces), et une petite série personnelle. Choisissez de préférence des couleurs que vous n’avez pas en carrés conté, même s’il y a une différence de dureté.

3- Une boite de 30 crayons pastel .

Ensuite, vous compléterez en fonction de vos découvertes, de vos envies et …..des promos.

En vrac

Je mélange sans scrupule toutes les marques de fabriquant.

Je n’achète pas les gros pastels qui ne permettent pas de dessiner.

Faites gaffe n’achetez pas du pastel gras, et ne confondez pas les crayons pastel avec les crayons de couleur.

Les batonnets durs sont bien adaptés au papier « pastelmat »

Pour voir les 25  vidéos   

et les 6 formations

-Vous stagnez en dessin, peinture pastel! : 4 ERREURS A EVITER

LES 4 ERREURS

Ressentez vous parfois que vous stagnez dans votre pratique des arts plastiques?

Que vos rêves de réaliser des tableaux créatifs s’éloignent?

Que vos objectifs de peintres vous semblent inatteignable?

(J’ai souvent observé ces blocages dans les parcours de mes élèves et dans le mien)

______________________________________________________________________________

Pourtant de manière urgente, vous voulez accomplir quelque chose d’intéressant avec votre passion. Pour vous même et si possible pour les autres, vos proches et un public pourquoi pas?.

C’est tout à fait possible 

Mais ne commettez pas 

 4 erreurs:

 

1- « Les yeux plus gros que le ventre »

 Vous voulez peindre comme Léonard et vous n’avez que 2 heures par semaine à consacrer à la peinture. C’est  tout simplement impossible.

Cette erreur est pourtant courrante, car beaucoup de peintres veulent fonctionner différemment et ne veulent pas appliquer un mode de vie contraignant dans ce jardin secret de la peinture qu’ils veulent le plus libre et créatif possible.

Trés souvent, ces personnes jettent le bébé avec l’eau du bain » en refusant même des règles de bon sens techniques et nécessaires. 

Beaucoup de peintres ne veulent pas s’encombrer de « stratégie », d’organisation et perdent à cause de cela un temps infini.

Souvent, perdus dans un no man’s land ceux ci préférent opérer une fuite en avant vers d’innombrables expériences (aquarelle plus pastel, plus huile acrylique etc…..) c’est irrationnel et très fréquent.

. Même si on peut le comprendre, cela amène inévitablement à des situations de blocage.

Curieusement, c’est la stratégie d’apprentissage, de préparation des études et des oeuvres, l’évaluation des difficultés et la mise en place d’un fil conducteur avec des étapes qui donne rapidement la liberté créative. Par  expérience,  j’ai compris dans la douleur que c’est indispensable.

Pour progresser, il faut absolument répondre à la question suivante:

-Quel est votre vrai projet artistique? 

-De quels atous disposez vous (copétences déjà développées

– Quelles techniques devez vous absolument travailler pour atteindre votre objectif. Lesquelles devez vous mettre en attente (car moins urgentes)?

– Avez vous hierarchisé ce qui est essentiel de ce qui est secondaire?, ce qui est urgent de ce qui l’est peu?

– Avez vous réfléchi à l’ordre dans lequel vous pouvez réaliser vos tableaux?

Je prépare une vidéo gratuite d’une heure et très détaillée sur ce thème que j’appelle « la carte postale » c’est à dire le plan , le contenu, et la chronologie. Je l’enverrai la semaine prochaine si ma santé le permet.

2 « Vous écoutez trop votre entourage »

Votre entourage même amical est rarement de bon conseil. 

Lorsque vous peignez vous êtes dans une bifurcation par rapport à des routines dans lesquelles vous êtes identifié par votre entourage qui veut absolument vous « cerner, vous identifier, voire vous contrôler ».

Certaines personnes voudront vous soutenir de manière émotionnelle, ils s’identifieront à vos succès, ils pleureront sur vos difficultés, ils interviendront dans vos réflexions et décisions même si vous ne leur demandez rien. C’est très perturbant

Trop souvent le piège est la complaisance extrème: « c’est merveilleux ce que tu peins! »….Stagnation

Certains seront jaloux consciemment ou inconsciemment et auront des attitudes qui pourraient être même porteuses d’intensions malsaines et perturbatrices…..Gaspillage de votre énergie émotionnelle si utile pour la peinture

Conseil:

-relativisez ces attitudes avec bienveillance et ne les laissez pas vous influencer. Ce serait une catastrophe.

– Cherchez des peintres confirmés en vrai, sur youtube, dans les forum, les groupes pour constituer une communauté technique, passionnée hors du temps et de l’espace. 

-Surtout cherchez en vous même la réponse LOL

3 « Vous avez des croyance limitatives sur votre projet de peinture »

Vous avez de mauvaises informations sur ce qui peut  vous être réellement utile.

Il traîne une quantité impressionnante de petits aphorismes stériles sur les techniques artistiques, les modes de comportements, sur ce qu’il faut ou ne faut pas faire quand on entre dans le monde de la peinture…..

Confusion, perte de temps, voies de garages…..

Ex: quand j’apprenais à peindre en étant gamin (1962 à 1970) on m’avais dit:  » utilise le blanc de zinc » (catastrophe pour moi car transparent), on m’avait dit « il faut toujours trois taches rouges dans un tableau »??????? « Tu pourras peindre  quand tu aura un diplome des beaux arts s’il vous plait ». Etc je pourrais citer des dizaines de croyances stupides qui m’ont beaucoup retardé. Pardon de parler de moi.

Conseil: soyez stratégique agissez comme si vous deviez vous promener dans un marécage dans le brouillard et l’obscurité. Prenez une perche, dotez vous d’un sac à dos pas trop lourd, mais avec l’essentiel, mettez de bonnes chaussures et surtout chaque fois que vous avancez, prenez des repères. Si cela devient trop compliqué, attendez que le jour se lève en restant vigillant. Le lendemain, reajustez votre avancée dans le marécage en visualisant au loin la sortie.

4 Vous n’utilisez pas les outils de votre créativité naturelle déjà présente en vous.

Nous sommes tous dotés par nature de capacités exceptionnelles que nous n’avons plus l’habitude d’utiliser dans les routines de la vie. 

-La curiosité: merveilleux outil de découverte, d’imprévu et de joies simples.

-L’intuition: Face à la contemplation de la beauté du monde, des forces, des idées, jaillissent sans cesse, il suffit de les attraper en vol et de jouer avec.

– Lorsque nous acceptons d’être dans la sobriété, l’enchainement des analyses et des techniques paraissent pleine de bon sens. La pression égotique rend tout compliqué et rien n’avance.

– Nous disposons d’un corps physique et énergétique qui ressent, qui vibre et interagit avec le monde extérieur. C’est justement la capacité d’incarnation qui est le grand miracle de la peinture (dessin , pastel …et les arts en général). Sans cette « incarnation » l’esprit  peut rester facilement et pour longtemps hors sol dans une bulle.

Conseil: Utilisez l’art comme une interface  vous permettant de relier le monde extérieur avec votre monde intérieur.

Développez une attitude méditative qui réveille toutes ces aptitudes extraordinaires dont nous sommes tous dotés.

C’est ce que faisaient les peintres lettrés chinois quand il mettaient et mettent l’homme entre le ciel et la terre dans un souffle presque 

 

 

Bientôt sortiront plusieurs formations assez courtes de 2h30mn en moyenne. Cela permettra de répondre « à la carte » à des besoins très différents que vous avez dans votre pratique artistique à un moment précis.

1-Le dessin sous tous ses possibilités créatives (structuré, trait unique, croquis, mise en place d’idée, la trousse de secours pour la perspective « utile », etc)

2-La créativité abordée sous un angle pratique et technique.

(vaincre les blocages, le fil conducteur, l’attitude favorable, la création en cheminant, etc)

3 -La peinture  au couteau (réalisation complète d’un paysage urbain, d’un portrait de grand format. Avec 4 ou 5 petites vidéos pédagogiques pour les manipulations techniques du couteau et ses variantes combinaison avec l’acrylique, avec le travail  au pinceau et les effets de matière).

4 -La technique à l’essuyage: approfondissement de nombreuses variantes.

D’autres sont en préparation, mais  une haie à la fois.

Si vous avez de questions ou des sujets qui vous préoccupent pour que je puisse faire d’autres formations, je suis à votre écoute.

______________________________________________________________________

Pour vous rappeler le contenu de cette formation en 17 vidéos cliquez sur le bouton ci-dessous ou cliquez sur la vignette pour accéder à la boutique:

-La peinture (l’art en général) voie royale pour nous tous vers la liberté

L’art est une voie vers la liberté

On nous parle d’art souvent alors que l’art a disparu de nos vies. Certes on nous parle des grands « artistes ». On nous parle de l’histoire de l’ art, des temples de l’histoire de l’art que sont les musées, les fondations, on nous parle de l’art, mais l’art fait t’il partie de nos vies ? Même les artistes « professionnels » sont t’ils des artistes lorsqu’ils surfent sur des tendances, des modes pour glaner une misérable notoriété pour gagner quelques sous pour continuer sans fin cette même routine ?

L’art n’est pas dans cette organisation idéologique, financière, mondaine qui tente de décorer ce monde gris sans le changer. Il n’a rien à voir non plus avec ces milliardaires qui veulent « faire l’art contemporain » en dépensant une partie de leur gigantesque fortune créée lors d’une rapine financière associée le plus souvent à une destruction du monde.

Je ne me reconnais pas bien sûr d’autorité pour définir ce qu’est l’art, mais lassé de ce bourrage de crâne, je souhaite comprendre avec vous ce qu’est l’art. Et si par malheur pour vous, vous êtes un intellectuel spécialisé dans l’art, alors abandonnez votre conditionnement avant de partager notre réflexion. Venez libre et léger.

Très souvent, l’art est intégré à tord à la culture. Celle-ci est en fait un stockage gigantesque de ce que l’humanité a produit depuis des millénaires. Mais sans nier un certain intérêt à ce stockage, l’art sous sa forme vivante est d’une autre nature.

La culture est la mémoire, le passé, alors que l’art est le présent imprévisible et flamboyant.

L’art est une aventure individuelle ouverte à tous ceux qui le souhaitent sans distinction de race, de sexe, de religion, de niveau social.

Cette aventure commence par la perception, la contemplation de la beauté du monde, et le souhait de contribuer de manière active à cette beauté.

Pratiquer un art avec toute sa sensibilité avec la joie de découvrir, le bonheur de partager est une merveilleuse source de liberté. Voilà pourquoi il ne faut pas laisser le monde de l’art aux marchands du temple, aux spécialistes et aux mondains de tout poil. L’art est le sang de l’esprit, il est l’air frais qui nous revigore lorsque nous ouvrons la fenêtre.

Le but de l’art est contenu dans le chemin. Dès le premier pas, les bienfaits de la pratique de l’art sont présents.

Les œuvres ou les réalisations sont les témoins de ce cheminement. Elles ne sont pas importantes par elles même.

L’art permet de retrouver l’autonomie de son regard, de son imagination. Mais aussi, pratiquer permet de se réapproprier l’intelligence de ses mains et de son corps. , mais donne aussi un sens de l’équilibre extrêmement utile dans la totalité de notre vie. (Je préfère le terme équilibre à celui trop sirupeux, trop usé « d’ harmonie ».)

L’art est notre propriété, il est ce que nous en faisons.

L’art est une voie vers la liberté….et cela ne plait pas à tout le monde. Les systèmes religieux, politiques, commerciaux qui ont besoin de notre stupidité, de notre ignorance pour prospérer en nous contrôlant luttent depuis des siècles pour éradiquer, encadrer, maîtriser l’art.

Grâce à l’art, la personne peut découvrir une indépendance, une liberté merveilleuse. Mais il lui faudra payer le prix en développant l’audace, le courage, l’intrépidité.

Cela passe par l’abandon des croyances, des certitudes, des groupes sociaux rassurants.

On ne peut pas apprendre à nager en restant accroché au bord de la piscine.

L’homme artiste est seul dans l’inconnu, c’est sans doute cela la vraie liberté.

Mais, en fait, l’enjeu de l’art ne serait il pas de recréer sans cesse et de manière fluide des lien avec soi-même, le monde et les autres ? Permettre ainsi à l’individu de survivre à la dictature puissante changeante et complexe des systèmes, en réinventant chaque jour une société vivante à partir de lui-même ?

Cette aventure commence par la perception, la contemplation de la beauté du monde, et le souhait de contribuer de manière active à cette beauté.

Cette aventure est un cheminement dans la liberté.

.

-La beauté le parfum de l’équilibre

La beauté :

La beauté joue un rôle central dans la pratique des arts, même lorsqu’elle est rejetée comme une valeur ringarde.

La beauté est sans doute le plus beau cadeau de la nature, car elle apporte une joie réelle à tous ceux qui disposent de leurs sens. Aucun effort, aucune compétence n’est requise pour profiter de la beauté.

La beauté s’adresse aux individus, elle régénère les consciences fatiguées, alourdies, elle pousse à l’élévation les ego les plus enfermés. Sans la beauté, le monde deviendrait une machine aussi laide qu’une grande ville moderne.

La beauté est le signe de l’unité, de la santé du corps et de l’Esprit.

Le rôle de l’art est d’éliminer ce qui empêche d’accéder naturellement à la beauté. La pratique n’a pas pour but d’ajouter des objets à un monde d’objets (aussi esthétiques soient-ils), mais de fluidifier l’Esprit.

La beauté des œuvres d’art* est la continuation de la beauté de la nature à travers la conscience humaine.

La beauté existe dans le mouvement, elle ne peut jamais être accaparée. Nous pouvons jouer avec elle, mais comme l’eau d’un torrent, elle ne reste pas dans la main. Et si par bêtise, nous enfermons cette eau dans un bidon, elle croupit.

Les pratiquants des arts qui veulent accumuler des informations techniques autour de la beauté cherchent à la mettre en bidon.

Etre artiste, c’est se vider et s’ouvrir pour se rendre accessible à la beauté.

Bien sûr, la beauté libre (contrairement à la beauté artificielle, celle du diable ) ne peut pas se mettre en théories ou en règles toutes faites. Chacun d’entre nous devra avec l’énergie de l’alpiniste qui escalade une montagne difficile, s’élever jusqu’au sommet de la beauté,( pour, peut être, nous rendre compte que celle-ci était déjà présente au pied de la montagne) .

La quête de la beauté est un jeu qui fait déjà partie de la beauté. Cette quête est l’aventure de l’homme seul.

*Les œuvres sont des interfaces qui rendent visible tout ce qui se passe dans les consciences. Elles permettent une mise en lumière de toutes nos illusions, nos imperfections devant le regard des autres et le notre.

En vous inscrivant à la lettre d’information: progressez en peinture et pastel , (en haut et à droite de cette page)  vous recevrez 6 vidéos sur les 3 gammes de couleurs

Le lancement de cette lettre d’information a été depuis plusieurs mois un franc succès et je serais heureux de vous accueillir parmi les  2300 passionnés de dessin  peinture et pastel déjà inscrits. en vous offrant en cadeau  6 vidéos de 10 à 15 mn chacune sur la couleur. 

6 Vidéos offertes 1ère partie de la  formation  couleur
Vous trouverez  une description des 3 gammes :
« golfeurs », « mariage » et « marché provençal »
dans chacune de ces gammes il y a une petite démo abstraite et un petit exercice concret. Total 1h30 mn environ. Bon visionnage

Vous souhaitez maîtriser la couleur allez plus loin